Skip Global Navigation to Main Content
Skip Breadcrumb Navigation
USAID au Burkina Faso
 

L’USAID Burkina Faso met l’accent sur la résilience des populations rurales vulnérables à travers: 

  • Le renforcement des institutions et des structures gouvernementales établies pour les servir ;
  • L’amélioration de leurs opportunités de production ;
  • L’assurance qu’elles bénéficient de meilleurs services sociaux (en particulier la prévention et la prise en charge du paludisme) et de plus d’aliments nutritifs.

Le Burkina Faso et le Niger sont les deux pays où l’USAID met en œuvre son programme de résilience dans le Sahel. Dans la même lancée, l’USAID coordonne la mise en œuvre de tous ces programs avec le gouvernement Burkinabè et les autres partenaires techniques et financiers – en particulier les pays membres du G8 dans le cadre d’une Nouvelle Alliance pour la Nutrition et la Sécurité Alimentaire – et les organisations régionales telles que le Comité permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) et la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Le succès des programmes de l’USAID au Burkina Faso est essentiellement dû au fait que le pays, contrairement à ses voisins confrontés à une situation d’instabilité au cours de ces dernières années, connait la paix et la sécurité.  L’USAID se base sur les nombreuses expériences des Burkinabè en matière de  résilience aux conflits et aux catastrophes naturelles pour mieux faire face à ces défis à travers un large éventail d’activités mises en œuvre pour améliorer la gouvernance locale, renforcer le rôle des promoteurs du dialogue interethnique et interreligieux, et aider les jeunes et les femmes à s’impliquer davantage dans la prise de décisions au niveau local et dans l’action concertée. L’USAID, en plus de ce travail, appuie les partis politiques et les organisations de la société civile qui militent pour un changement positif ; il encourage également la participation aux élections tout en faisant de la communication autour des objectifs à travers les medias.

Bien que L’USAID au Burkina Faso met en œuvre une panoplie d’activités dans les domaines de la santé, de l’eau et des changements climatiques dans le cadre des programmes centraux (Washington) et régionaux, la lutte contre le paludisme constitue la plus grande priorité dans ce pays qui fait partie des dix pays dont le taux des méfaits du paludisme est plus élevé au monde. L’équipe de santé de l’USAID au Burkina Faso exécute des programmes qui aident le pays à mettre en œuvre son plan stratégique national de lutte contre le paludisme et atteindre les objectifs de réduction significative de la morbidité et la mortalité liées au paludisme, particulièrement chez les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes, qui sont les plus vulnérables.

L’USAID Burkina Faso encourage d’autres partenariats avec la société civile, particulièrement les organisations privées, intéressées à consolider son programme clé de renforcement de la résilience.

NOTRE TRAVAIL

Agriculture et sécurité alimentaire

La pluviométrie instable et les sécheresses fréquentes ont un impact négatif sur la production agricole du Burkina Faso, entrainant le plus souvent des pénuries alimentaires à travers tout le pays. Le Burkina Faso étant un pays enclavé, les grands producteurs font face à des coûts très élevés sur le marché international.  L’USAID œuvre à transformer la production agricole afin de diversifier et d’accroître la production alimentaire et augmenter les revenus provenant des activités agricoles. Ce programme inclut des efforts en vue de :

  • Passer d’une agriculture de subsistance à une agriculture de rente;
  • Améliorer la production animale et de volaille;
  • Assurer une gestion appropriée des ressources naturelles ;
  • Aider les producteurs à commercialiser leurs produits ;
  • Elargir l’accès au crédit ; et,
  • Augmenter le nombre de femmes engagées dans la production et la vente de produits agricoles ;

Un programme similaire mis en place par le Millenium Challenge Corporation vise à renforcer l’agriculture commerciale par la construction de routes dans les zones difficile d’accès, le  renforcement des droits fonciers, l’accroissement de l’accès aux marchés et la mise à disposition de prêts au profit des producteurs. Le programme MCC appuie aussi les producteurs qui ont des projets agricoles et d’irrigation.

Education

Le niveau d’alphabétisation est très faible au Burkina Faso et seulement 52% des enfants ont terminé le cycle de l’école primaire en 2011. Environ sept millions d’habitants ont moins de 14 ans. L’USAID a travaillé dans le cadre d’un programme financé par le Millenium Challenge Corporation pour augmenter le nombre d’élèves au primaire et à la maternelle de 2005 à 2013 par la construction de 132 complexes scolaires comprenant chacun six salles de classes, six maisons d’habitation pour les maitres et une école maternelle dans les dix provinces du Burkina où les niveaux d’accès et de maintien des filles à l’école étaient les plus bas du pays. Bien que le programme ait bénéficié aussi bien aux filles qu’aux garçons, nous avons fourni des efforts supplémentaires pour résoudre les autres défis auxquels les filles sont confrontées en milieu rural.

Santé

En dépit des progrès accomplis, le niveau très élevé de la pauvreté au Burkina Faso contribue à une situation sanitaire grave. La malnutrition et le paludisme sont très répandus et de nombreux Burkinabè n’ont pas accès ou ont un faible niveau d’accès aux soins de santé primaires, à de l’eau potable ou à de meilleures conditions d’hygiène. L’USAID travaille à étendre l’accès à ces services de base.  Nous travaillons également avec nos pays partenaires à investir dans les systèmes sanitaires et à promouvoir de l’innovation.

Le paludisme, une maladie que l’on peut prévenir et soigner, est la première cause de consultation et de mortalité au Burkina Faso. Le programme de lutte contre le paludisme, mis en œuvre par l’USAID au Burkina Faso a démarré ses activités en 2009 et appuie le programme national de lutte contre le paludisme dans la mise en œuvre et la mise à l’échelle des interventions efficaces de lutte contre le paludisme, y compris la couverture universelle en moustiquaires imprégnées, le diagnostic et le traitement du paludisme avec des médicaments antipaludiques efficaces, la prévention du paludisme pendant la grossesse et la pulvérisation intra-domiciliaire. Le financement de l’USAID, initialement de 6 millions de dollars américains par an, a augmenté pour atteindre 9,4 millions de dollars américains pour l’année fiscale 2013. Ce Programme travaille étroitement avec le programme national de lutte contre le paludisme du gouvernement Burkinabè pour réduire la morbidité et la mortalité dû au paludisme, particulièrement chez les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes, étant donné qu’ils constituent la population la plus vulnérable au paludisme.

Les efforts de l’USAID, en ce qui concerne la lutte contre la malnutrition, sont focalisés sur l’amélioration de la santé des femmes enceintes, des mères allaitantes et des enfants à travers l’éducation et la formation des femmes sur les thèmes suivants :

  • L’hygiène alimentaire des enfants: les mères sont formées sur de meilleures pratiques d’administration des aliments aux jeunes enfants, ainsi que sur l’hygiène et les comportements sains ;
  • La nutrition : l’USAID organise des formations sur l’amélioration de la qualité nutritionnelle et la diversification du régime alimentaire de la famille ;

Pour lutter contre la malnutrition et soutenir l’éducation de base, l’USAID offre des déjeuners aux élèves à l’école dans les zones vulnérables et des rations alimentaires à emporter aux filles qui ont une assiduité mensuelle de plus 90%. Pour réduire l’impact des pratiques culinaires en vue de promouvoir une meilleure alimentation, l’USAID offre et encourage l’utilisation des foyers améliorés qui améliorent la qualité de l’air à l’intérieur des maisons avec un impact positif direct sur la santé de celles qui font la cuisine.

Travailler dans des situations de crises et de conflits

En mars 2012, le gouvernement du Burkina Faso a déclaré une situation alimentaire d’urgence suite à un niveau élevé d’insécurité alimentaire – ce qui signifie qu’un grand nombre de personnes n’avaient pas accès à la nourriture pour satisfaire leurs besoins nutritionnels de base. L’irrégularité des pluies, les poches de sècheresse, la hausse des prix des denrées alimentaires sont les facteurs qui ont conduit à cette situation de crise alimentaire. Le nombre croissant des refugiés en provenance du Mali a aussi contribué à réduire considérablement la disponibilité alimentaire.

Des programmes visant à améliorer la sécurité alimentaire des ménages vulnérables étaient déjà en cours d’exécution, mais depuis la déclaration de la situation d’urgence l’USAID a augmenté le nombre de ses programmes de nutrition dans les zones affectées. Pour lutter contre la malnutrition dans le court terme, nous donnons de l’argent à ceux qui ne peuvent pas s’offrir de la nourriture pendant la période de soudure. Pour renforcer la capacité des ménages à satisfaire leurs besoins de base à long terme, l’USAID met en place des coopératives d’épargne et de crédit afin d’aider les populations à entreprendre des activités génératrices de revenus. Nous mettons aussi à la disposition des producteurs des semences améliorées pour accroitre la production et partant, les stocks alimentaires.

L’USAID s’attaque aux facteurs de l’extrémisme violent à travers des programmes exécutés au Burkina Faso et dans d’autres pays. Nous aidons les gouvernements et les partenaires locaux à amoindrir les messages extrémistes et à créer des partenariats avec les populations qui pourraient être vulnérables à l’influence extrémiste. Ce programme met un accent spécial sur la jeunesse et crée des opportunités économiques tout en accroissant leur sens du civisme et encourage leur participation à la politique à travers les activités ci-dessous :

Développement d‘opportunités économiques légales;

  • Implication des communautés marginalisées;
  • Développement d‘efforts de construction de la paix;
  • Soutien à la bonne gouvernance; et
  • Soutien en faveur de messages de promotion de la tolérance dans les média.


Environnement, Eau et Changement Climatique

Au Burkina Faso, l’USAID exécute aussi des programmes qui améliorent l’accès des populations rurales à l’eau potable, à de meilleures conditions d’hygiène et d’assainissement, et les préparent à s’adapter aux effets des changements climatiques. L’USAID aide également les partenaires locaux à mieux gérer l’eau dans une perspective d’amélioration des revenus et de la sécurité alimentaire. Un autre partenariat entre l’Université de Tuskegee aux Etats-Unis et 2iE (Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement à Ouagadougou) renforce le rôle de leadership de 2iE dans un réseau régional des centres d’Excellence dans le domaine de l’eau, des sciences environnementales, et de la technologie.  Cela renforce la capacité des institutions d’enseignement supérieur d’Afrique de l’Ouest, membres de ce réseau, à atteindre les objectifs nationaux et régionaux relatifs à l’utilisation de l’eau, aux conditions environnementales, aux changements climatiques, et ce, grâce aux cours dispensés, à la recherche, aux sensibilisations sur les innovations et aux échanges universitaires.

Historique

Bien que la dernière présence de l’USAID au Burkina date de la fin des années 1995, l’USAID a continué à être actif dans le pays à travers plusieurs programmes régionaux et d’urgence.

La présence des programmes de L’USAID s’est accrue régulièrement depuis 2004 lorsque l’USAID a commencé à financer un certain nombre de programmes du Titre II d’aide au développement mettant l’accent sur la productivité agricole et de la santé maternelle et infantile. Le programme est resté fonctionnel avec un budget annuel de 15 millions de dollars américains et se poursuivra jusqu’en 2016.   

De 2005-2013, l’USAID a successivement mis en œuvre deux programmes d’éducation des filles financés par le MCC, d’une valeur de 40 millions de dollars américains, qui ont permis la construction de 132 complexes scolaires adaptés pour les filles dans des communautés rurales localisées dans les dix provinces du Burkina où les niveaux d’accès et de maintien des filles à l’école étaient les plus bas du pays.

Un programme ambitieux de lutte contre le paludisme a démarré en fin 2009, avec une tranche de financement initiale de 6 millions de dollars américains. A partir de 2013, le montant annuel de ce programme a atteint plus de 9 millions de dollars américains par an.

Pour gérer ce programme en pleine croissance, l’USAID a recruté en juin 2009 un Chargé du Programme Pays ainsi que huit (8) autres employés américains et burkinabè et a ouvert un bureau « non-officiel » au sein de l’Ambassade Américaine à Ouagadougou, qui rend compte à l’USAID/Afrique de l’Ouest dont le bureau se trouve à Accra au Ghana.

Depuis mai 2013, après l’approbation par le Congrès américain et l’USAID, il a été établi un bureau avec une présence limitée de l’USAID au Burkina Faso qui est désormais sous l’autorité de la mission régionale de l’USAID à Dakar au Sénégal.

Dernière mise à jour : 25 juillet 2013